Prison, radicalisation... ce qu'il faut savoir sur l'annonce d’Édouard Philippe à Lille

Photo d'illustration
23 février 2018
Par M.D
Le premier ministre a présenté à Lille un nouveau plan de lutte contre la radicalisation. Il annonce notamment la création de 1500 places de prison pour isoler les détenus radicalisés.

En déplacement à Lille Edouard Philippe a dévoilé le "plan national de prévention de la radicalisation" du gouvernement, promis en octobre par Emmanuel Macron. Le nouveau plan comporte une soixantaine de mesures. 

Le principal volet, comme attendu, concerne les prisons : 1 500 places vont être créées "dans des quartiers étanches, exclusivement dévolus aux détenus radicalisés", dont 450 "d'ici la fin de l'année". Les quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER), où la dangerosité des prisonniers est évaluée pendant plusieurs mois, passeront de trois à sept. Et deux quartiers de prise en charge des personnes radicalisées (QPR) doivent être créés en 2018, sur le modèle de celui existant dans la prison de Lille-Annoeulin. Le centre pénitentiaire a d'ailleurs été visité ce vendredi matin par la ministre de la justice Nicole Belloubet. 

Le second volet principal du plan concerne l’éducation. Le Premier ministre a affiché son soutien à une proposition de loi au Sénat qui va renforcer le contrôle sur les écoles hors contrat, qui n’accueillent que 74 000 élèves mais sont en forte progression. L’objectif est de durcir les conditions d’ouverture de ces établissement, afin de combattre l’émergence de structures islamistes.