Fourmies : le chien euthanasié n'a peut-être pas été maltraité

05 décembre 2017

Alors qu'il a fallu euthanasier Orca suite à son état de décomposition, la maltraitance supposée de ses maîtres pourrait en réalité être une maladie infectieuse.

C'est la piste ouverte dans le cadre de l'enquête suite à la découverte du chien par la SPA d'Hirson la semaine dernière. L'association avait été avertie par des voisins de la famille qui avaient constaté une dégradation importante de l'état du chien.

Rapidement, des violences terribles ont été supposées de la part de ses maîtres, certains indiquant qu'ils auraient brûlé vif l'animal. Seulement la réalité pourrait être toute autre.

Des analyses plus poussées doivent être effectuées dans le cadre de l'enquête de gendarmerie, mais les premiers éléments indiquent que le chien n'a pas été victime de sévices ou de violences. Il pourrait avoir été victime d'une maladie infectieuse provoquant sa décomposition prématurée.

La famille a d'ailleurs consulté un vétérinaire à trois reprises à ce propos, un traitement a été mis en place mais n'a semble-t-il pas permis d'empêcher la maladie de progresser.

Reste que les déclarations initiales des maîtres restent contradictoires, ils ont changé de version à trois reprises.

Un déchaînement de violence contre les maîtres

Après la diffusion des photos de la découverte d'Orca par la SPA d'Hirson, les messages de haine à l'attention de la famille du chien accusée alors de l'avoir maltraité ont pris une ampleur impressionnante. L'association a appelé déjà au calme, malgré tout les menaces à l'égard de la famille se sont multipliées depuis plusieurs jours. Des individus ont même tenté de mettre le feu à la maison familiale.

Les maîtres d'Orca ont pris peur et ont préféré quitter la région pour le moment.