Berck-sur-Mer : le pompier pyromane avoue les incendies de vendredi

©MyVideoPlace.tv
12 février 2018
Par marc jallot
Le sapeur-pompier volontaire aurait allumé 17 feux dans l'institut Calot pour dénoncer le manque de mesures de sécurité au sein de l'établissement.

L'homme de 29 ans a reconnu être à l'origine des 17 départs de feu de vendredi à l'institut Calot. L'établissement a du être évacué et fermé, et la remise en état prendra au moins une semaine.

Le sapeur-pompier volontaire aurait expliqué aux enquêteurs avoir agi pour tirer la sonnette d'alarme quant aux conditions de sécurité au sein de l'institut. Selon lui, la fondation Hopale n'aurait pris aucune mesure particulière alors que des problèmes se sont déjà produits dans l'institut et que malgré des propositions de solutions techniques, rien n'aurait été fait.

Des arguments que le directeur d'Hopale, Benoît Dolle balaie d'un revers de la main et qualifie d'"absurdes" dans une interview publiée par La Voix du Nord. Il précise que le suspect est agent de sécurité dans l’institut mais qu'il dépend d'une société sous-traitante. Contrairement à ses affirmations, il n'aurait jamais fait de rapport, ni au directeur ni à ses collaborateurs.

Le suspect nie être le corbeau

Le présumé pompier pyromane nie en revanche être le corbeau qui écrit depuis plusieurs mois au personnel de l'institut Calot, et qui a déjà revendiqué aussi avoir déclenché deux départs de feu en janvier.

Selon son avocat, pour l'instant il s'agit de deux affaires distinctes. Les aveux du jeune homme portent sur les faits de vendredi uniquement. Aucun élément matériel n'aurait encore été trouvé pour appuyer l'accusation.